Ô Papillon !

 

      Attablé solidaire, atmosphère enfumée, me voilà dans un bar:
Brouhaha voisins-voisines, ma libre solitude n’ a point le cafard.
Fi des larmes de tristesse dans ma bière, je ne broie pas du noir
Je pense à toi, Ô Papillon, tu es d’ amour, ma plus belle histoire !

D’ autres vers me tiennent compagnie, ma plume parle ainsi…
Il n’ est pas dans mes habitudes de noyer les blues de ma vie.
La musique s’ est faite silence,  je n’ entends plus  les bruits…
Je suis avec toi, Ô Papillon, si près de toi, ma si tendre amie…

Alors que les conversations vont bon train ce dimanche soir,
Ma langue est muette et je suis sourd mais le verbe est espoir.
Mon isolement dans la foule est loin d’ être un pire cauchemar
Je pense à toi, Ô Papillon; il n’ est, j’ en suis sûr, jamais trop tard…

Les souvenirs me submergent; mon âme s’ est déchirée, ma mie,
A l’ aéroport de Recife où j’ ai repris l’ avion pour mon petit pays.
Le temps passe et je n’ oublierais jamais la femme tant meurtrie.
Je suis avec toi, Ô Papillon, ta flamme brille encor jours et les nuits.

© chridriss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez