PAPA !

Ah, qu’elle est douce et attendue cette double syllabe, balbutiée

Par le bébé, avant ou après le « Maman », pour celle qui l’a enfanté.

Il répétera à l’envi ces mots si simples et pourtant si lourds à porter.

Petit d’homme! Le long et dur chemin ne fait que commencer…

Mon papa! Que j’aime t’ entendre m’ appeler ainsi ! Tu n’imagines

Point l’émotion qui m’envahit à chaque fois que tu déclines

Ce terme. Chaque Papounet me renvoie au père de mes origines

Qui m’a abandonné sans coeur au coeur de la région angevine.

Mon enfant, comme tu es fier et gai sur ma moto, quant à l’école,

Je vais te chercher ! Que tu es vivant ! Tu es de ma vie, l’idole !

Comme j’aurais aimé qu’un père me soigne, me câline, me cajole!

Tu me montres la Véritable Voie, tu es le Nord de ma boussole.

Tout l’amour qui m’a manqué, je le rêve, le créé et te le redonne

Et tu me le rends sans concession, sans calcul. Tu me pardonnes

Mes erreurs; tu me mets en joie et tu te moques quand je chantonne.

Séparé de ta mère, tu es l’unique personne que j’ affectionne.

Tu m’as réconcilié avec mon enfance; tu as fait de moi un papa

Je vois dans tes yeux mon innocence et c’est en toi que je crois.

Papa, je suis ! Papa, je serais toujours ! Un papa poule, parfois…

Un jour, tu seras adulte, mon fils, et Papa, peut-être, tu deviendras.

© chridriss

27/06/2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez