Mon papillon !

             

Si tu pouvais voler jusqu’en France d’ un battement d’ aile,
Je serais l’ arbre en efflorescence où tu te poserais, ma belle;   
Déployant mes rameaux en abondance, branches d’arbre-en-ciel,
Je t’enlacerais, pour combler l’ absence, de mes feuilles-dentelle.
T’accueillir au bord d’ un pur  silence dans la sève et le miel
Comblerais ton incommensurable impatience de caresses étincelles.
On s’endormirait sous les étoiles-chance, la lune en ritournelle.
Rêveries exquises dans la nuit délivrance, parfums intenses de cannelle ,
Aux couleurs chocolat-tolérance, enfin réunis dans un nid tonnelle.
Je ne suis pas sous quelconque influence mais libre d’aimer celle
Qui berce mon amour-confiance, caressant mon esprit rebelle,
Qui délivrera mon corps-abstinence, apaisant mon âme si fidèle.
Je sais qu’un jour, la correspondance consonnes-voyelles
Et la vie ensemble sans distance se feront festin  éternel .
Je sais qu’un jour, ma présence, sur ton coeur de flanelle
Durera  plus que des vacances ; elle y sera immortelle.
Si je pouvais me déraciner de la France vers ton Brésil qui m’appelle,
Je me planterais dans ton jardin de Jouvence, dans ta terre essentielle.
Parfaire encore la Connaissance, m’ouvrir à la Voie essence-ciels
Puisque tu m’as enseigné le chemin-existence de parcourt personnel.
Je veux croître dans ton pays immense, dans ton paradis originel
Sentir la « saudade », vibrer d’ excellence, goûter la vie naturelle;
Union de nos bienveillances,  de nos idées intimes ou  universelles.
Toi qui m’ a insufflé une renaissance et m’a ôté le superficiel
Toi qui m’a guidé la conscience et a balayé mes pensées sans sels.
Toi qui m’a recréé la science et ouvert des portes spirituelles
Je veux croire à un avenir-munificence dans un rapport additionnel
Je veux  associer l’intelligence de l’espoir  dans un apport charnel
Je sais qu’un jour notre existence aura trouvé son archipel
Près des plages ou l’ on danse, près des terres providentielles.
Je sais qu’ un jour notre « errance »  se jouera sur mélodie nouvelle
Un refrain pour ambiance-harmonie, un poème sans fin un peu irréel.       

 

                        © chridriss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez