C’est beau…

Ah, que c’est beau l’Amour ! Mais quelle rude souffrance…

Quand il est loin des yeux, quand il rime avec l’ absence !

J’ai le blues encor ce soir quant à toi, loin de moi, je pense.

J’ai mal à l’ âme; et mon œil pleureur crie cette injuste offense.

Je sais que notre amour est là; qu’il est unique, beau et patience.

Mais comment faire pour continuer à vivre cette conséquence ?

Vivre sans celle que l’on aime, vivre sans, de l’Autre, la présence.

La solitude n’est plus un bienfait mais une insoutenable malséance.

Je sais que notre amour perdure et que ce n’est pas le temps et la distance

Qui briseront le lien indéfectible entre nous et que la mise en veille des sens

Ravivera d’ autant plus la flamme du désir comme une ultime nouvelle renaissance.

Je sais que que nous nous reverrons un jour; ça irait mieux en connaissant l’échéance…

Ah, que c’est beau l’Amour ! Mais quelle épreuve ! Quelle difficile pénitence !

De ne pas être ensemble, de ne pas pouvoir se toucher et mêler nos essences;

De ne pas pouvoir associer nos affinités et nos nombreuses compétences;

De ne pas être unis dans le quotidien. A quand le jour de la délivrance ?

 

24 Avril 2007

 

Ah, que c’est beau l’Amour ! Quand il est pure innocence…

Fruit du destin, il doit se construire sans complaisance,

Sans servitude, dans le respect total des différences;

Dans la plénitude, dans la plus grande confiance.

Ah, que c’est beau l’Amour ! Quelle chance !

De s’aimer, de vivre sa vie sans errance.

Complément essentiel de l’ Existence,

L’ amour en est la vraie quintessence.

 

 

© chridriss 25/04/2007

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez